Définition et principe CACES

La conduite de machines mobiles automoteurs de chantiers et d'équipements de levage nécessite une formation initiale. Le conducteur doit être en possession d'une autorisation de conduite délivrée par l'employeur. Le CACES permet d’évaluer ses connaissances et son savoir-faire pour la conduite en sécurité de ce type d'équipements.

Contexte réglementaire

En décembre 1998, de nouveaux textes réglementaires traitant la conduite des dispositifs de travail mobiles automoteurs et des équipements de levage ont été promulgués. Le décret 98-1084 précise qu’un enseignement de base adéquat pour la conduite de l’ensemble de ces engins est obligatoire quel que soit le secteur d’activité. Cette formation doit être complétée et renouvelée autant de fois que cela est nécessaire.

En vue de réduire les accidents avec les machines mobiles, la caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés a mis en place le procédé CACES. Cela a laissé deux alternatives dont l’élaboration de nouvelles instructions ou la révision de celles existantes. Elles mettent à la disposition des entreprises des éléments permettant d’évaluer les connaissances et le savoir-faire des conducteurs.

Le contenu du CACES

Le certificat d'aptitude à la conduite en sécurité n'est ni un diplôme ni un titre de qualification professionnelle. Il ne valide que les connaissances et l’adresse du candidat pour la conduite en sécurité. Il est spécifique à une catégorie d’engins.

La formation est un processus complexe qui demande :

un examen d’aptitude médicale réalisé par le médecin de travail
un contrôle de connaissances ainsi que du savoir-faire du conducteur pour qu’il puisse conduire en toute sécurité.        

Les recommandations CACES fixent des objectifs à atteindre pour pouvoir obtenir ce certificat à l'aide des référentiels de connaissance et des fiches d'évaluation. Le contenu et la durée doivent être adaptés au candidat, l'expérience pratique de conduite pouvant être prise en compte.